Des milliers de Chinois manifestent contre le "révisionisme" japonais

retour 3eme

le Monde samedi 9 Avril 2005
des milliers de personnes ont manifesté samedi à Pékin contre ce qu'ils
estiment être un /"révisionisme"/ japonais minimisant les atrocités
commises par ce pays lors de la colonisation d'une partie de l'Asie.

/"A bas le Japon"/, /"Boycottez les produits japonais"/ ou /"Contre un
siège permanent du Japon au Conseil de sécurité de l'ONU"/, criaient au
moins cinq mille manifestants, selon la police, qui bloquaient le trafic
non loin de l'Université de Pékin.

/"C'est un rassemblement patriotique. Si vous êtes un patriote, alors
vous devez vous opposer au Japon"/, lançait Zhang Daili, ingénieur
récemment diplômé.

Les organisateurs ont assuré qu'une vingtaine de milliers de personnes,
la plupart dans leur trentaine, voire plus jeunes, avaient répondu à
l'appel lancé par l'internet ces derniers jours après un nouvel accès de
fièvre dans les relations difficiles entre Tokyo et Pékin.

Ces tensions sont apparues après la publication, mardi par le Japon, de
manuels scolaires dont Pékin estime qu'ils minimisent les crimes de
guerre de l'Armée impériale nippone.

/"Le Japon n'a pas le droit d'avoir un siège permanent au Conseil de
sécurité de l'ONU"/, déclare un autre manifestant, Han Ming, ajoutant :
/"Ce serait une insulte au monde et aux Nations unies si un pays qui
refuse de reconnaître son histoire se voyait offert un siège
permanent"/, actuelle priorité de la diplomatie nippone.

/"Le Japon a oublié l'histoire de son invasion brutale et a offensé la
Chine"/, accuse Xu Lian, employé de société qui assure que les
manifestations vont se poursuivre jusqu'au mois d'août et le soixantième
anniversaire de la fin de la guerre avec le Japon.

La Chine est notamment scandalisée que les nouveaux manuels nippons
n'emploient pas le mot /"invasion"/ pour évoquer la colonisation nippone
et qualifient de seul /"incident"/ le massacre de Nankin, au cours
duquel l'armée japonaise a tué 300.000 soldats et civils chinois en 1937.

La publication des livres avaient provoqué la convocation de
l'ambassadeur du Japon à Pékin, ainsi que celle de son homologue en
Corée du sud, également scandalisée par ces manuels.

Le Japon avait mis en garde vendredi ses ressortissants, leur
conseillant d'éviter la manifestation anti-japonaise prévue samedi à Pékin.

Des protestataires s'en sont pris cette semaine à des magasins japonais
présents en Chine, appelant à un boycotttage des prodtuis nippons.