Le chant des Partisans

retour chanson et histoire
retour vers 3eme

Né pendant la Seconde Guerre mondiale, cet air fut écrit afin de soutenir la lutte et l'espoir du peuple soumis au joug de l'Occupant avant de devenir l'hymne de la Résistance et du Gouvernement de la France libre.
Une mélodie mise en parole pour soutenir la lutte contre l'Occupant
En 1943, Maurice Druon et Joseph Kessel rencontrent à Londres Anna Marly, une artiste d'origine russe dont les chansons sont destinées à lutter contre l'ennemi nazi.
Les deux hommes voient dans ses oeuvres aux titres évocateurs (Courage, Paris est à nous, France,...) l'occasion de soutenir le combat des maquisards français, dont l'action en métropole est déterminante.
Ils repèrent en particulier un air intitulé la Marche des Partisans dont ils écrivent les paroles. La chanson est enregistrée sur les ondes de la BBC. Pour l'anecdote, il faut rappeler que l'air est sifflé de façon à percer le brouillage ennemi.
Publié dans le numéro 1 des Cahiers de Libération, le 25 septembre 1943, sous le titre original Les Partisans, le chant est également largué sur les territoires occupés par la Royal Air Force.
Texte repris par le groupe ZEBDA dans une chanson qui s'intitule "Motivé"  http://www.lyrical.nl/song/12897
 
Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux
Sur nos plaines ?
Ami, entends-tu ces cris sourds du pays
Qu'on enchaîne ?
Ohé ! partisans, ouvriers et paysans,
C'est l'alarme.
Ce soir, l'ennemi connaîtra le prix du sang
Et des larmes.

Montez dans la mine
Descendez des collines, Camarades.
...Sortez de la paille
Les fusils, la mitraille,
Les grenades.
Ohé ! les tueurs,
A la balle et au couteau,
Tuez vite.
Ohé ! saboteur,
Attention à ton fardeau
Dynamite...

C'est nous qui brisons
Les barreaux des prisons
Pour nos frères.
La haine à nos trousses
Et la faim qui nous pousse.
La misère.
Il y a des pays
Où les gens au creux des lits
Font des rêves.
Ici, nous, vois-tu,
Nous on marche et nous on tue
Nous on crève...

Ici, chacun sait
Ce qu'il veut, ce qu'il fait
Quand il passe.
Ami, si tu tombes,
Un ami sort de l'ombre
A ta place.
Demain du sang noir
Séchera au grand soleil
Sur les routes.
Chantez, compagnons,
Dans la nuit la liberté
Nous écoute...

Ami, entends-tu ces cris sourds du pays
Qu'on enchaîne ?
Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux
Sur nos plaines ?
Oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh...