Voici la version G o o g l e de la page mise en cache de http://archives.arte-tv.com/fiction/warriors/ftext/histoire.htm extraite le 21 jan 2006 07:56:25 GMT.
La version « En cache » proposée par G o o g l e correspond à la page telle qu’elle se présentait lors de la dernière consultation effectuée par Google.
Il se peut que la page ait été modifiée depuis cette date. Cliquez ici pour consulter la page actuelle (sans mises en valeur).
Cette page mise en cache peut renvoyer à des images qui ne sont plus disponibles. Cliquez ici pour obtenir uniquement le texte mis en cache.
Pour créer un lien avec cette page ou l'inclure dans vos favoris/signets, utilisez l'adresse suivante : http://www.google.com/search?q=cache:kVFDfnatTDIJ:archives.arte-tv.com/fiction/warriors/ftext/histoire.htm+warriors+yougoslavie&hl=fr&gl=fr&ct=clnk&cd=10&client=firefox-a.


Google n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.
Les termes de recherche suivants ont été mis en valeur : warriors yougoslavie 

arte home
arrière-plan historique
à propos de Warriorsépisodesréalisateurarrière-plan historiquecarte de la Bosnierevue de presseliens
forumvidéoslivre ARTE Éditions
 

Le film Warriors décortique l'engrenage politique, stratégique et surtout humain dans lequel se trouvent pris les soldats d'un bataillon de l'armée britannique , envoyés en Bosnie, fin I992, sous couvert des Nations Unies. Tentons de résumer les arrière-plans politiques de cette guerre, car la Yougoslavie est l'expression de plusieurs fractures historiques. Les repérer permet d'identifier comment une nation se fait, ou ne se fait pas.

 

  • L' HISTOIRE

carte empirePremière fracture de l'histoire : pendant quelques trois cents ans, l'Empire Austro-Hongrois et l'Empire Ottoman sont en forte rivalité en Europe orientale. Leurs armées respectives sont face à face, la ligne de contact est exactement là ou se situe aujourd'hui la Bosnie.

Deuxième fracture induite : cette ligne va distribuer les confessions. Sous l'influence habsbourgeoise, Slovènes et Croates sont catholiques. Les Serbes sont des orthodoxes. Les habitants de la Bosnie sont de confessions multiples, mais la plupart deviennent musulmans au contact des Ottomans.

Mais du strict point de vue anthropologique, pas la moindre différence entre un Serbe, un Slovène, un Bosniaque, un Croate. Ils parlent tous la même langue. Ce sont tous des Slaves du Sud .

YougoslavieD'ailleurs, c'est le nom que prend le pays : Yougo-Slavie , pays des slaves du sud, au terme de la Première Guerre Mondiale, lorsque ces deux Empires sont démantelés. Cette Yougoslavie sera d'abord un régime monarchique, puis une république fédérale. Car en I946, l'idée du Maréchal Tito est d'instaurer une fédération de Républiques pour tenter de calmer les nationalismes que la Deuxième Guerre Mondiale a exacerbés. Celui des Tchechniks Serbes, alliés des occidentaux, celui des Oustachis Croates , alliés des puissances de l'Axe.

 

  • POURQUOI LA GUERRE EN 1992?

Dans le contexte de fin de guerre froide et de fin du communisme, cette république fédérale éclate en 1991. Chacune des 6 républiques s'empressent de devenir Etat indépendant, de se faire reconnaître internationalement, et, à l'exception de la Slovénie et de la Macédoine, de se faire la guerre .

 

  • POURQUOI?

Parce que le régime communiste Yougoslave empêche, pendant plusieurs décennies, les conflits de sortir au grand jour. Parce que les contentieux historiques n'ont en fait jamais été réglés.
Parce que les partis politiques et les hommes au pouvoir veulent avant tout y rester. Anciens communistes, le vent de l'histoire doit logiquement les faire partir. A l'idéologie communiste en perte de vitesse, il subsiste alors l'idéologie nationale , dans son expression extrême, le nationalisme.
Cette guerre n'était pas civile, ni due à une quelconque " malédiction balkanique " ! Non. Elle a été mise en œuvre par des hommes qui s'appuyaient sur le constat que les " enveloppes " territoriales de ces républiques ne correspondaient pas à la répartition des populations.

Et à cet égard, la Bosnie est , plus que les autres républiques, terre brassée.

La répartition des populations en Bosnie, en 1991, avant le déclenchement de la guerre est en effet de :

1 - populations bosniaques 43%,
2 - populations croates 17%,
3 - populations serbes 31%,

Terre brassée, cela veut dire que dans de nombreuses régions, les populations sont " mêlées ".


carte 1990L'objectif de la guerre est de gagner du territoire sur le nouvel état indépendant.
Pour cela, quelle stratégie militaire ? Partout où il y a un Croate, instaurer un territoire sous souveraineté croate.
Partout où il y a un Serbe, instaurer une souveraineté serbe.
Donc , toute population non serbe est déplacée de force ou tuée.

Le moyen , c'est la purification ethnique. La fin que dessinent chefs militaires et dirigeants politiques : instaurer une continuité géographique avec la Croatie d'un coté, avec la Serbie de l' autre.

 

  • CONFUSION DES ANALYSES...

Lorsque le premier mars I992, la Bosnie se déclare à son tour indépendante, après la Croatie et la Slovénie, les Européens commettent les même erreurs : ils accordent la reconnaissance de l'Union Européenne au nouvel état sans mettre de conditions. Or, il fallait au minimum exiger :

1 - un statut des minorités figurant dans la constitution du nouvel état ;
2 - une modification du statut des lignes de frontières, car elles passaient, de frontière administrative interne, à frontière internationale.

Cette guerre éclate en mai. Stupéfaction en Europe. Rejet . Erreurs d'analyse .

C'est le premier conflit post guerre froide et l'on n'a pas les repères adaptés pour ré-imposer l'ordre. Les populations civiles sont directement visées, elles sont otages, elles sont enjeux.
C'est une nouveauté dans la conduite d'un conflit .
Ensuite la guerre, ce n'est plus pour l' Europe. C'est pour ailleurs, pour les autres. Personne n'a envie de faire la guerre. Ni les dirigeants, ni d'ailleurs les opinions publiques.
L'Union Européenne, en tant que telle, n'a ni les institutions, ni les moyens logistiques, ni le commandement militaire pour la conduire. D'où sa dépendance vis à vis des Etats-Unis .
Et puis, au fond, on n'a rien à défendre, en Bosnie . Sûrement pas 9% des réserves mondiales de pétrole comme au Koweit.

En Bosnie, il n'y a que des valeurs à défendre.
Se bat-on pour des valeurs ?
En tout cas, pour les dirigeants européens, la purification ethnique n'est pas un casus belli.

 

  • ... ET IMPRÉCISION DES RÉPONSES.

Mais comme il n'est pas possible de ne rien faire, la France, la Grande Bretagne, les Pays-Bas, l'Italie, notamment, envoient des soldats, sous l'égide des Nations-Unies.
Mais on ne les envoie pas faire ce qu'ils savent faire : la guerre, ou de l'interposition , mais ce qu'ils ne savent pas faire : de l'humanitaire. Avec un mandat flou, avec une chaîne de commandement trop longue, avec des objectifs politiques imprécis, ce qui se traduit sur le terrain. Leur présence à contre-emploi ne répond pas aux problèmes posés politiques, ou militaires, ni encore moins humains. C'est exactement ce que raconte le film.

Celui-ci rappelle que rien, évidemment, ne devait être fait qui puisse cautionner la purification ethnique en I992.
Or, elle le fut par les Accords de Dayton de 1995, ceux-ci validant politiquement les frontières obtenues militairement.
Avec le recul donné par le Kosovo, on finit par se demander si ne pas vouloir faire la guerre ne conduirait pas à la guerre ?

 

Jean-Christophe Victor -septembre 2000
Directeur du Lepac (Laboratoire d'Etudes Politiques et Cartographiques). Auteur du Dessous des Cartes.


Consultez notre dossier Spécial Kosovo du Dessous des Cartes.

 

 
 
 
 

top